M. Priollaud n’a pas seulement décidé de supprimer la distribution traditionnelle d’un livre à tous les écoliers à Noël (rétablie miraculeusement en 2019).

Voici quelques exemples (non-exhaustifs) de la gravité de la situation des écoles:

– la devanture de l’école Jean Prévost tombe en ruine, comme celle de l’école des Acacias et les toits sont défaillants dans trois écoles de la ville ;

– l’école St Exupéry est envahie de l’odeur putride des sanitaires non débouchés depuis plusieurs semaines ;

– des trous dans les murs donnant directement sur l’extérieur tiennent lieu de ventilation dans l’école Jean Moulin.

Le centre de loisirs du Hamelet n’est pas mieux loti : les dalles de l’entrée sont cassées depuis des mois sans réparation aucune, et l’aire de jeux cassée et inaccessible aux enfants du centre depuis cinq ans et a donc été entourée de barrières.

Cette situation est d’autant plus choquante que les parents et enseignants alertent la mairie sur les besoins en travaux à chaque conseil d’école depuis de nombreux mois, voire des années, et ne sont pas entendus !

« Gouverner, c’est choisir »  disait notre ancien maire Pierre Mendès France. Il est certain qu’il n’est pas possible de s’engager à la fois dans un plan ambitieux de rénovation des écoles et inaugurer des équipements inutiles ou des ronds-points à 3 millions d’euros.

Les moyens affectés aux écoles baissent drastiquement

Le budget alloué aux écoles pour leur fonctionnement et activités pédagogiques (fournitures, budget pour les sorties scolaires) a été totalement transféré par M. Priollaud à la Caisse des écoles. Cette caisse est administrée par un comité réunissant des représentants des parents, des enseignants, des fonctionnaires d’état, et l’élue en charge des écoles. L’élue a le droit de véto, et ainsi, tout le budget dédié aux écoles est totalement contrôlé par la mairie dans une opacité totale.

Pour une économie de 6 000 €, la mairie a refusé d’offrir un livre aux écoliers de maternelle en 2015 au prétexte qu’il n’est pas pertinent d’offrir un livre à des élèves qui ne savent pas lire, provoquant alors la colère des parents d’élèves et la consternation de la librairie locale.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *